Un petit mois de mai

Publié le par Yoghourt

Voici le moi de mai, où:
chacun fait fait fait
c'qui lui plait plait plait!
La motivation sur le chantier n'étant pas exceptionnelle, nous avons détourné notre énergie sur d'autres activités:
  • jardinage
  • confiture
  • voire glande totale :o)

Jardinage

Ce printemps aura décidemment été plutôt maussade, mais aussi chaleureux avec de belles éclaircies. Autant dire que c'est la fête de la verdure!
Un minimum d'entretien du jardin s'impose, auquel ma môman participe avec plaisir (désherbage du rosier, ramassage des pommes de pin). (photo)

Les déchets verts s'accumulent ainsi sur le tas de compost, y compris la tonte. Cela ne rend pas pratique du tout la récolte du compost mûr, franchement nécessaire pour que le rosier fasse des fleurs plutôt que du bois. Allez, zou, passage à l'acte, petite après-midi de bricolage récréatif.

Double bac à compost
compost mûr
Au début, j'avais dans l'idée de mettre des pieux en place et clouer des planches. Un truc propre, net, tout ça.
Oui mais ça prend du temps, et c'est assez disproportionné vu l'usage visé. Suggestion brillante de ma gente damoiselle: glisser des palettes entre les poteaux.

D'où la recette suivante:
Compost en formation 1) faire une "descente" au brico-machin du coin et récupérer plein de palettes jetées

2) sélectionner celles qui permettent de passer des pieux au milieu

3) planter un 1er pieu à la masse

4) demander à madame de tenir la palette verticale et essayer de planter le 2e pieu sans détruire la palette

5) continuer ainsi à monter des parois pour délimiter 2 bacs

Nous n'avions pas assez de "palettes à pieux", j'ai donc bidouillé certaines palettes avec +/- de bonheur pour transformer la partie centrale en  pieux. A l'enfoncement, gaffe à ne pas trop forcer sur 1 pieu en particulier sinon ça casse!

Le résultat n'est pas top droit ni joli, mais c'est rapide et fonctionnel. Maintenant, nous entassons sans scrupule les déchets verts d'un côté, et nous récupérons le compost de l'an précédent de l'autre côté. Nous y mettons même les petits branchages. Au pire, en octobre, ce qui n'a pas composté sera passé au broyeur avec les déchets d'élagage.


Confiture et clafoutis

O chance, et malgré un hiver dans l'ensemble très doux, nous avons eu plein de cerises. Entre 12 et 15kg de burlats très belles, et beaucoup de griottes que nous avons presqu'entièrement laissées aux oiseaux et insectes.

Sur les branches faciles d'accès, ramassage classique (en enlevant la queue pour aider la prochaine floraison).
Sur les branches trop difficiles d'accès, élagage direct! Comme dit plus haut, la végétation a beaucoup poussé cette saison. Les nouvelles branches verticales gênant le déplacement dans l'arbre ou empêchant le soleil d'arriver au tronc ont été coupées itou. Au passage, les troncs ont été badigeonnés au goudron végétal afin de limiter la population de fourmis, véritables molosses protégeant la petite armée de pucerons à laquelle nous devons faire face cette année.

Une partie de la récolte a été mangée direct (c'est fou comme il y a "de la perte" lors du ramassage ;) )
Une partie a été équeutée, rincée, congelée par barquette de 500gr à 750gr pour utilisation future en clafouti.
Une partie a été équeutée, rincée, dénoyautée pour la même utilisation : clafouti tout de suite ou congélation pour clafouti plus tard.
Une petite partie a terminé en confiture de vieux garçon.
Et enfin, le reste a fini en confiotte. J'avais dit: "promis, pas de gelée, c'est trop long à faire, c'est trop de boulot. On (=je) va faire une confiture de cerise tradi et rapide". D'où petite recherche sur internet, et sélection de 2 recettes. Dans l'une, les cerises sont limite confites dans un sucre légèrement vanillé. Dans l'autre recette, maturation des cerises dans le sucre avant cuisson assez vive mais courte, avec les noyaux et un peu de thym et du citron. Résultat pour le bonhomme: j'ai dormi 4h en me couchant à 2h du mat', et suis arrivé bien en retard au bout
Résultat pour la confiture:
- les cerises de la première recette ne sont finalement pas assez confites. Le jus tient plus du coulis que de la gelée
- la 2e recette fonctionne, mais elle est trop sucrée à mon goût
Soupir... Ca m'apprendra à faire le malin et vouloir tester une recette alors qu'il est déjà 22h30!

Pas besoin de demander, non je n'ai pas fait de photo de clafouti ni de confiture.

Anecdote: c'est très utile de mettre précisemment la date sur les pots de confiture. Nous savons ainsi que nos cerises  ont été récoltées cette années avec pas loin de 15 jours d'avance vis à vis de l'an passé.


Glande totale

Examinons les errements passés qui trainent dans le PDA de madame:
-WE du 1er mai en Bretagne, dont commattage total, baptème de plongée "à durée exceptionnellement rallongée", petites discussions entre amis. Le tout dans des maisonnettes en ossature bois
-WE déménagement des Wecker du 4 au 6 mai
-Mi-mai: changement klaxon et pot d'échappement du Peugeot Boxer du frangin Aubry
-25/26 mai: récupération et rangement de 5 stères de bois de chauffage
-moultes répétitions dans l'urgence pour le gala de danse de St-Marcellin (le 1er juin)

Euh, je crois qu'on a été recalé à l'examen de glande totale.

Publié dans Maison

Commenter cet article

Francis Busigny 29/12/2007 12:34

je viens de survoler votre site et je suis étonné de n'y avoir rien trouvé concernant, pour moi, le problème essentiel à savoir : le non-respect de l'eau que l'on considère comme un dépotoir : on y balance tous les déchets de l'activité humainealors que les stations d'épuration (qui nous coûtent des fortunes à la construction et en frais de fonctionnement) sont tout à fait incapables de "remettre les compteurs à zéro" l'eau est donc souillée irrémédiablement mais ce qui encore plus dramatique, c'est que tout ces déchets qui proviennent de la Terre devraient y retourner après un compostage adéquat pour refaire de l'humus afin que la Terre puisse continuer à produire sans avoir besoin d'engrais chimiques, ni pesticides., est non seulement irrémédiablement perdu pour la couches fertiles de la Terre mais est transformé en véritable poison pour les nappes phréatiques !il n'y a qu'à regarder ce qui se passe dans les forêts, rien que les feuilles mortes et les déjections des animaux, cela suffit pour que les arbres poussent harmonieusement, sans engrais chimiques, ni pesticides, ni intervention humaine....!les déjections humaines contiennent plus de 40 % de l'azote nécessaire pour l'agriculture mondiale !! Et on nous fait croire qu'il faut tirer la chasse !!! il n'y a qu'à regarder les animaux vivant sur la Terre à l'état sauvage ; pas un seul ne se permet de souiller de l'eau avec ses excréments ! car ils ont, eux, gardé l' Instinct de Survie, : ils savent que cette eau ils vont la reboire un jour ou l'autre et, surtout que ce qui provient de la Terre doit lui être restituer pour qu' Elle continue à le nourrir ( pour que les grands cycles continuent ) vous trouverez tous les détails sur mon sitehttp://bonne-eau-bonne-terre.over-blog.com/où vous trouverez notamment des tableaux vous permettant de chiffrer les économies que vous allez pouvoir faire en adoptant les toilettes sèches à litières biomaîtrisée et la récupération des eaux de pluie cela rendra votre magnifique projet encore plus cohérent Bon courage et que 2008 voit la consécration de tous vos efforts

Yoghourt 03/01/2008 14:46

Le centre Terre Vivante n'est pas très loin de chez moi. Je connais donc un peu le concept de "litière pour homme". D'ailleurs, plusieurs fils en parlent sur le forum environnement de Futura-Sciences, avec divers sites et blogs qui sont cités.Néanmoins:1) je ne suis pas en cheville avec un agriculteur, une scierie, ou équivalent. Se pose donc le problème de l'appro en litière.2) actuellement, nos déjections passent dans une fosse septique dont le trop-plein est connecté au tout à l'égoût. Donc, on peut pas dire que notre foyer pèse énormément sur la station d'épuration!Je ne sais pas encore comment je vais faire évoluer cette installation VRD, qui ne me convient pas. J'y reviendrai dans un article sur le blog3) il est tout à fait envisageable de remplacer l'alimentation actuelle de nos toilettes en eau potable par de l'eau de pluie. M'enfin, on en est pas encore à faire de la récupération d'eau de pluie dans nos travaux...4) psychologiquement, ma douce et moi-même ne sommes pas super enclins à franchir ce cap. Malgré tout, nous serons forcés de tester ça quand on aura à bosser sur notre VRD et la fosse septique actuelle.Merci pour vos encouragements, et bonne année à vous aussi.