Ma tambouille pour les combles chaudes

Publié le par Yoghourt

Si je ne mets pas de frein-vapeur pour l'isolation des combles chaudes en ouate de cellulose insufflée:
- est-ce que géotextile+contre-lattage suffisant pour l'insufflation par-dessous?
 + ça devrait, vu que les charpentiers d'uzès insufflent des murs de ce type
 + mais contrairement à un mur, ce n'est pas autoportant du tout et pèse sur le voile
 + il y a risque de condensation entre cellulose et le pare-pluie rigide
   * due au choix d'un pare-pluie rigide! (erreur de jeunesse impossible à rattraper: le devis est signé et les matériaux provisionnés, dommage…)
   * Pas de condensation dans les caissons, mais risque de condensation en surface des chevrons!
   * le pare-pluie en fibre de bois bitumé est poreux, mais ses micro-pores sont bouchées par le bitume. L'eau liquide ne passera donc pas par capillarité. Normal, sinon ce serait un pro-pluie au lieu d'un pare-pluie!
   * condensation 10g/m²/jour avec cette composition de toiture, et 580g de vapeur évacuée
   * Par contre, plus de souci de condensation si on passe en laine de bois
   * On pourrait supposer que la lame d'air ventilée amène l'hygrométrie extérieure en dessous de la valeur supposée de 80%. Mais c'est jouer avec les marges de sécurité...

Si pas de frein-vapeur et panneau de laine de bois à la place de la ouate en vrac:
- pas de condensation, et 500g de vapeur évacuée
- mais c'est chaud: 96% d'humidité à la limite interne du pare-pluie
  + condensation probable en surface des chevrons, qui sont + froids que l'isolant
- Sachant que ces matériaux sont hygroscopiques, faut-il tout de même un frein vapeur pour la sdb?
- gain de perf thermique de 5% maxi dû à la pose croisée
  + ça correspond à la perte des caissons nécessaires à l'insufflation de la ouate

Si frein-vapeur + ouate de cellulose:
- Plus de question à se poser pour la salle de bain sous combles
- pas de condensation, l'humidité en sous-face du pare-pluie est même 1 poil plus faible qu'à l'air libre
- 220g de vapeur/m²/jour évacuée. C'est pas byzance mais c'est pas trop mal non plus
- pour compenser, il faut ventiler plus fort: 47m3/h au lieu de 44. C'est pas une différence de folie non plus
- l'impact énergétique est faible: on passe de 59 à 60kWh/m²
- mettre de la ouate ou de la laine de bois dans ces conditions, c'est kif-kif

Bon, ben on va mettre gentiment un frein-vapeur et insuffler de la ouate alors :-)


Changement de programme: on passe à la laine de bois

(-) Le charpentier couvreur n'as pas mis de bande d'étanchéïté au faît du toit. Il y a petit espace (1cm environ) entre les panneaux pare-pluie.  Ca n'aide pas l'insufflation.
(+) Les planches des caissons renforcent le chevronage
(-) Mon pare-pluie rigide n'est pas suffisamment perspirant pour éviter l'emploi d'un frein-vapeur
(-) Faire l'étanchéïté du frein-vapeur autour et dans les fermes de charpente n'est pas évident
(-) frein-vapeur + scotch + ouate + planches + tasseaux, c'est du boulot et ça revient plus cher qu'une isolation laine de bois semi-rigide

Ajout du 25/1/7:
* Est-ce qu'on prend autant de poussière plein la poire quand on insuffle de la ouate vs les panneaux de fibre de bois?
* Le bourrage des interstices à la main est assez long
* Gros avantage des panneaux de FdB: on peut avancer tranquillement le chantier. Ca permet d'avoir une isolation minimale assez rapidement (la couche entre chevrons), et améliorer ensuite (avec la couche croisée).

Publié dans Réflexions diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article