Drias et nous, préambule

Publié le par Yoghourt

Hello,

 

Une actu intéressante sur futura-sciences : Drias prévoit le climat en France jusqu’en 2085

 

En quoi est-ce intéressant?

Si c'est juste pour avoir la confirmation qu'il va faire plus chaud en moyenne, c'est pas un gros scoop.

Si c'est juste pour faire mumuse pendant 1/4h avec un nouveau gadget avant de l'oublier, autant jouer à climcity! Pardon, clim'way, ça a changé de nom.

Alors, pour quoi faire, nom de bleu? Moi, ça me saute aux yeux :

  • Pour l'habitat
    • mettre en perspective à 20 et 40 ans les choix d'isolation qu'on fait maintenant.
      Une fenêtre bien entretenue dure plus de 50 ans. Un isolant bien mis en oeuvre dure lui aussi des décennies.
    • mieux quantifier les besoins de rafraichissement en prenant en compte l'impact local du réchauffement climatique.
      Par exemple, un puit canadien ne semble pas nécessaire chez moi. L'isolation extérieure actuelle et à venir, couplée à la capacité thermique interne, fait que la maison reste agréablement fraîche (sans clim'!) avec la météo actuelle. Est-ce que ça restera le cas à plus long terme avec le changement climatique?
    • Anticiper sur l'augmentation inéluctable du prix des matériaux et de la main d'oeuvre (*), en engageant les travaux envisagés au plus tôt. Quel rapport avec le climat? Hiérarchiser en fonction des impacts immédiats, nuancer en fonction des impacts à venir.
    • A la limite, envisager la production d'ENR avec une meilleure perspective que la météo actuelle.
  • Pour le jardin
    • Au potager, apprécier si les phénomènes météo actuels sont ponctuels ou traduisent une tendance de fond à 20 ans. Adapter progressivement le choix de ce qu'on fait pousser, et comment on le fait pousser. Concrètement, est-ce que ça vaut le coup de continuer les tentatives de salade d'été et courgettes spéciales? Ou bien est-ce que je commence à me lancer dans les poivrons/piments sous abri?
    • Au verger, anticiper à 20 ans le renouvellement des vieux fruitiers avec des variétés a priori plus naturellement adaptées. Le cas échéant, prendre dès à présent des décisions radicales pour les fruitiers qui ont déjà du mal actuellement.
    • Et la déclinaison de tout ça au jardin ornemental bien sûr. En particulier pour les arbres existant ou envisagés.
  • Et la récupération d'eau de pluie
    • Et oui. C'est bien de dimensionner en fonction de la météo actuelle. Pour une cuve enterrée, c'est encore mieux d'affiner en fonction de la pluviométrie à venir et des besoins probables du jardin.

Ouh lààà, désolé pour cette longue envolée...

 

Atterrissage...

 

Au premier contact, DRIAS semble être du solide. Bien mieux que l'Almach Vermot ou les vieux dictons. A ce sujet, un article très sérieux a établit que les dictons "météo" usuels sont justes à 50% = p"'têt' ben qu'oui, p't'êt' ben qu'non, j'peux pô dire".

A noter, c'est une philosophie un peu différente de ce qui peut être trouvé sur le site de météo-france > climat > projections.

 

Un petit tour sur le fil de discussion dédié sur Futura? C'est parti... Et revenu :( Le fil a hélas été fermé.

Entre temps, Yves25 m'a donné un premier coup de main pour se repérer dans DRIAS.

Dans son dernier message avant fermeture, il me conseillait de commencer par regarder les modèles IPSL et meteo france et regarder si ça donne des résulats cohérents.

 

Yapluka 

 

(*) L'augmentation des prix des énergies est actuellement inéluctable. Pic pétrolier, pic du gaz, pic de l'uranium couplé aux nécessités du parc nucléaire français, géopolitique de toute la zone Moyen-Orient, etc. A monIndice prix consommation humble avis, tabler sur 4% d'augmentation du prix de l'énergie par an est une hypothèse réaliste, voire même optimiste. Bien sûr, il se peut qu'un Géo Trouvetout nous trouve une solution opérationnelle pour de l'énergie propre à très bas coût. Mais c'est tout simplement trop risqué de parier l'avenir du foyer là-dessus.

Qui dit augmentation du prix de l'énergie dit augmentation quasi-certaine du coût de production et du transport. L'énergie touche indirectement tous les secteurs. Une cause parmi d'autres à l'augmentation inexorable du prix facturé de la main d'oeuvre. Il n'y a qu'à voir l'évolution de l'indice des prix à la consommation pour s'en convaincre
(source)

Commenter cet article